Édito

Nous venons de traverser une année inédite, marquée par une crise sanitaire qui a impacté notre établissement, notre pays, la planète tout entière.

À plusieurs reprises, le Crous Grenoble Alpes a dû comme tant d’autres remettre à plat son organisation, définir de nouveaux protocoles de travail pour garantir les conditions de santé et de sécurité de ses personnels et des étudiants… s’adapter.

S’adapter, les équipes du Crous Grenoble Alpes ont su le faire remarquablement, que ce soit dans l’organisation du travail, l’évolution des services rendus, le lien avec nos usagers ou avec nos partenaires. Cette crise a mis en évidence le rôle des Crous au service des étudiants et de la lutte contre la précarité ou la fragilisation psychologique de nos usagers. Nous y avons fait face avec une mobilisation sans précédent de nos services sociaux, un partenariat très étroit avec les universités et en particulier les centres de santé, sur Grenoble, au Clous, sur Valence, en développant le lien avec les associations étudiantes et les collectivités des territoires, pour des distributions alimentaires, la création d’épiceries solidaires et de nombreux autres projets. Cette année, les Crous ont été visibles comme jamais auparavant dans leur rôle d’opérateurs de l’égalité des chances au service des étudiants, ce qui donne tout son sens à notre mission.

Il nous a fallu répondre aux nouveaux défis posés par cette crise sanitaire sans abandonner les projets en cours, et je voudrais souligner la mobilisation qu’ont supposé les livraisons pour cette rentrée 2020 de la résidence la Tronche rénovée ou du complexe de restauration Diderot, qui représentait non seulement une opération immobilière d’ampleur, mais aussi une évolution extrêmement importante de l’organisation de la restauration à Grenoble.

Lors de cette rentrée, nous lancions également sur le domaine universitaire Saint-Martin-d’Hères la première promotion de la Résidence de la réussite, qui apporte à des jeunes qui s’engagent dans leur cursus un environnement soutenant et un accompagnement adapté.

Enfin, répondre aux enjeux majeurs de notre temps, c’est également voter un schéma directeur pour la transition écologique et un plan égalité femmes-hommes, qui engagent l’établissement pour les années à venir. Nous l’avons fait en décembre 2020.

Sur le plan financier, 2020 aura également été marquée par la fragilisation de l’établissement du fait de la crise sanitaire, mais également par un succès sans précédent pour la rénovation immobilière dans le cadre du Plan de relance : plus de 26 millions d’euros ont été obtenus pour la réhabilitation d’un bâtiment de la résidence universitaire olympique, la restructuration du site d’Arsonval, la rénovation énergétique des résidences Ouest, Berlioz à Grenoble et Val d’Arly au Bourget-du-Lac.

La crise n’est pas terminée. Elle a altéré les conditions de vie de nombreux étudiants, qui auront plus que jamais besoin de notre attention et de notre considération. Mais elle a aussi créé des nouvelles solidarités, été à l’origine de partenariats inédits, mis en évidence la résilience de l’établissement et ouvert des perspectives nouvelles.

Je suis très fière des réalisations que peut mettre en avant le Crous Grenoble Alpes à l’issue de cette année difficile et confiante quant à ses perspectives, grâce à l’énergie et à la mobilisation de ses personnels que je remercie chaleureusement pour leur engagement au quotidien.

Bénédicte CORVAISIER
Directrice générale du Crous Grenoble Alpes